Clap de fin – extinction des feux des fantômes

Alors que le mois des fantômes vient de s’achever, le monde des humains reprend son rythme normal à Taiwan. Après un mois lunaire où se sont enchaînés les rites d’apaisement, banquets, vénérations et célébrations à l’égard des fantômes déchaînés et affamés, le rythme du culte populaire « ralentit ».

Durant le mois des fantômes, il est toutefois une coutume que nous n’avons pas encore abordé ici, dans notre blog de présentation de la culture taiwanaise. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas?

Veilleuse de fantômes
Veilleuse de fantômes

Alors voici : de nombreux habitants aiment mettre toutes les chances de leur côté pour éviter d’avoir à affronter les mauvaises intentions des esprits affamés qui pourraient leur chercher des embêtements. Aussi, pour les apaiser, il existe plusieurs manières dont cette lampe des fantômes et âmes errantes.

Lire la suite

Publicités

« Les Curiosités de Taiwan » sur les pas de Teresa Teng à Chin Pao Shan

Bonjour à toutes et à tous! Cette fois, « Les Curiosités de Taiwan » vous emmène à Chin Pao Shan où repose la célèbre chanteuse taiwanaise Teresa Teng. Le cimetière, bercé de ses douces chansons, propage une atmosphère mélancolique et beaucoup de fans viennent se recueillir près de sa tombe. A l’instar des tombes en occident, elles ne sont pas grises et ternes mais ressemblent à de grands palaces colorés où l’art et l’architecture sont mis en avant.

P_20150530_150434

Lire la suite

Le Bouddha de Ba Gua Shan (comté de Changhua)

Aujourd’hui dans le blog du service français, je vous emmène à Changhua (centre-ouest de Taiwan) à la rencontre du Bouddha Shakyamuni (ou Siddharta Gautama si vous préférez), LE Bouddha du présent. Un Bouddha assez particulier qui, assis depuis plus de 40 ans sur le sommet de la colline de Ba Gua Shan, observe paisiblement la ville de Changhua et ses habitants.

"La vie n'est pas un problème à résoudre, mais une vérité à expérimenter." - Siddharta Gautama
« La vie n’est pas un problème à résoudre, mais une vérité à expérimenter. » – Siddharta Gautama

Lire la suite

Hsingtien Gong abandonne l’encens et les offrandes

Ni taoïste, ni bouddhiste, ni même confucéen, le temple Hsingtien Gong est un endroit vraiment à part dans les lieux de culte de la capitale Taipei. Construit durant la période d’après-guerre pour répondre aux besoins d’une large communauté d’immigrés chinois qui ont débarqué en urgence depuis le continent pour fuir le gouvernement communiste, Hsingtien Gong de Taipei fait en réalité partie d’un ensemble de plusieurs temples dont le principal se situe dans l’arrondissement de Beitou. Ayant choisi le général Kuan Yu comme divinité principale du temple, Hsingtien Gong prône davantage les valeurs morales et l’accomplissement de soi plutôt que des formes de croyances que l’on trouve généralement dans les temples taoïstes ou bouddhistes.

Et cela tient principalement au fait que venant de plusieurs régions de la Chine, cette grande communauté d’immigrés chinois arrivée dès 1949 n’était pas du tout familière avec les croyances populaires présentes depuis des siècles à Taiwan. Hsingtien Gong se veut plus dépouillé que la majeure partie des autres temples, tant sur le plan architectural qui le rapproche davantage des temples confucéens (du moins de l’extérieur) que sur le plan des croyances et pratiques religieuses.

Ainsi, nul besoin d’appartenir à tel ou tel groupe, n’importe quel croyant d’une autre religion est le bienvenu et peut se recueillir devant ce collégial de 5 divinités, dont Kuan Yu, qui sont toutes liées à la littérature, l’éducation.

En ce sens, le temple Hsingtien Gong a toujours développé une approche différente, un peu à part, de la pratique religieuse. Tout du moins, bien loin de celles des temples taoïstes ou de croyances populaires.

Le temple Hsingtien Gong de Taipei
Le temple Hsingtien Gong de Taipei

Lire la suite

Temples et divinités : Zhinan Gong, le repaire de Lü Dongbin

Récemment, dans « A la Poursuite des Dieux Chinois« , nous avons dressé un portrait de l’immortel taoïste Lü Dongbin. Personnage réputé pour ses nombreuses vertus, il est également l’une des divinités les plus appréciées à Taiwan. Rien d’étonnant à cela, il est assez présent dans la littérature chinoise et apparait dans plusieurs légendes le mettant en scène. En outre, détail important, il est souvent considéré comme le « chef » du groupe des Huit Immortels taoïstes. Quoique ce titre est aussi parfois partagé par certains de ses comparses comme Zhongli Quan qui l’aurait guidé un temps sur la Voie, Li Tieguai voire Zhang Guolao.

Mais qu’il soit ou non le plus important d’entre eux n’a pas grand intérêt car à la différence de ses partenaires, Lü Dongbin dispose de nombreux temples dans lesquels il officie comme divinité principale. C’est le cas du temple de Zhinan Gong – 指南宮 situé dans les collines de Maokong de Taipei. Comme quoi, en dehors de son travail au sein de cet octuor, Lü Dongbin a aussi une vie…

Le temple taoïste de Zhinan
Le temple taoïste de Zhinan

Lire la suite

Divinités chinoises : Les généraux Heng et Ha, protecteurs des monastères bouddhistes

Cette semaine, dans l’émission « A la poursuite des dieux chinois », nous avons l’occasion d’aborder le cas d’un couple de personnages à la fois discrets, mais qui ne laissent personne indifférent lorsqu’on se retrouve face à eux. Les généraux Heng et Ha, de leur nom version chinoise/taiwanaise, sont pourtant deux divinités qui mériteraient d’être un peu plus connues, ne serait-ce en raison de leurs origines, sorte de mélange entre textes sacrés bouddhistes, influences helléniques ainsi que contes et légendes chinoises. Aujourd’hui, ce couple, transfiguration de la puissance extrême, se retrouve dans bien des lieux de cultes bouddhistes et dans la plupart des pays d’Asie.

Lire la suite