Des pleurs dans la nuit : La légende de Madame Hsu

Curieux destin que celui de la presqu’ile de Shezi, quartier de Taipei rattaché à l’arrondissement de Shilin.

Petit bout de terre formé à la rencontre des rivières Danshui et Keelung, cette presqu’île a longtemps été malmenée par les sauts d’humeur de Dame Nature, celle-ci n’hésitant pas à détruire régulièrement les récoltes des paysans qui s’archarnaient à y faire pousser quelque chose.
Sans relief et presqu’entourée d’eau, Shezi est une zone inondable. Ou plutôt l’a été. Et pendant longtemps, en raison de sa situation peu enviable, Shezi a été laissée de côté, ne profitant d’aucun projet de développement, de rénovation urbaine.

Cette forme d’oubli a connu son apogée lorsque les autorités l’ont exclue du premier projet de canaux et digues visant à protéger Taipei des inondations. Les moyens techniques n’étant pas suffisament élaborés dans les années 1960, Shezi s’est ainsi retrouvée « coupée » du reste de la ville, les dirigeants pensant alors que ses habitants finiraient par quitter ce bout de terre hostile pour se réinstaller dans le centre-ville de Taipei. Ce qui n’arriva jamais.

Par la suite, si un second projet de digue a permis de protéger plus efficacement la presqu’île de Shezi, cette dernière a gardé une identité qui lui est propre, un peu à part du reste de la ville de Taipei. Cette différence se retrouve également sur le plan des croyances populaires, Shezi ne disposant d’aucun temple de divinité majeure. En revanche, elle possède en son sein quelques trésors culturels.

Aujourd’hui, je vous propose pour le prix d’un article : un temple unique + la légende qui lui a donné le jour : le temple Hsu Ying Ma.

Si petit et pourtant si réputé auprès de la population locale
Si petit et pourtant si réputé auprès de la population locale

Lire la suite

Publicités

Divinités chinoises : Les généraux Heng et Ha, protecteurs des monastères bouddhistes

Cette semaine, dans l’émission « A la poursuite des dieux chinois », nous avons l’occasion d’aborder le cas d’un couple de personnages à la fois discrets, mais qui ne laissent personne indifférent lorsqu’on se retrouve face à eux. Les généraux Heng et Ha, de leur nom version chinoise/taiwanaise, sont pourtant deux divinités qui mériteraient d’être un peu plus connues, ne serait-ce en raison de leurs origines, sorte de mélange entre textes sacrés bouddhistes, influences helléniques ainsi que contes et légendes chinoises. Aujourd’hui, ce couple, transfiguration de la puissance extrême, se retrouve dans bien des lieux de cultes bouddhistes et dans la plupart des pays d’Asie.

Lire la suite

Qian Li Yan et Shun Feng Er, les compagnons de Matsu

A Taiwan, tout le monde connait Matsu. En revanche, il est un duo de divinités que les gens connaissent un peu moins. Il s’agit de Qian Li Yan (Celui qui voit à mille lieux) et Shun Feng Er (Celui qui entend les sons apportés par le vent). Un duo magique qui accompagne bien souvent Matsu dans ses opérations commandos-sauvetages dans les eaux chinoises et taiwanaises.
Vous me direz, il faut bien ça, parce que ça représente quand même une sacrée superficie à surveiller !

Avec mes deux amis, rien ne peut m’échapper. Mes yeux sont partout et mes oreilles entendent tout

Lire la suite

Petite devinette du jour : A quoi servent ces dessins ?

Découvrant pour la première fois ce fameux temple de Piligong, dédié à la divinité du tonnerre et située dans l’arrondissement Zhonghe de la supermunicipalité du Nouveau Taipei, j’ai pu observé avec un certain amusement quelques dessins accrochés sur la partie haute des murs intérieurs du temple.

A quoi cela peut-il bien servir ?

Lire la suite