François Marcadon s’affiche au métro de Taipei

‘Look and Feel your best’! Une invitation plutôt plaisante mais difficile de s’y complaire lorsqu’on déambule dans les couloirs d’un monde souterrain, celui du métro de Taipei, à moins d’écouter notre album de musique préféré, les écouteurs vissés sur les oreilles! On évolue dans une autre temporalité sous-terre, envolés les repères du jour et de la nuit, et pourtant cet environnement est partagé de millions de citadins qui vivent la trilogie ‘métro-boulot-dodo’ cinq jours sur sept par semaine.

Expo solo François Marcadon au Moca
Expo solo François Marcadon au Moca

Alors, la ville de Taipei a décidé de décorer ses stations de métro les unes après les autres et d’inviter l’art au sein des espaces publics. A la station de Nangang, on plonge dans le monde imaginaire illustré de Jimmy Liao, l’illustrateur taiwanais de ‘Turn Right, Turn Left’, ou encore ‘Le son des couleurs’ traduit en français par Stéphane Lévèque . Rappelez-vous, nous étions déjà allés y faire un petit tour ici.

A la station de Daan Park située à l’entrée du ‘poumon de la ville’, on retrouve la nouvelle œuvre sculptée de l’artiste français Yvan Mauger. Son design représente une ligne effilée, celle du métro, des feuilles d’automne s’envolant au vent, peut-être sous l’effet de l’appel d’air créé par le passage du métro. Une confrère de Erenlai, Cerise Phiv, l’a interviewée récemment à ce propos. Voici la vidéo (en anglais):

Oeuvre de Yvan Mauger à la station de Daan (Aimable crédit de l'artiste)
Œuvre de Yvan Mauger à la station de Daan (Aimable crédit de l’artiste)

Et c’est désormais au tour de François Marcadon, artiste français de répondre à l’invitation de la ville de Taipei. Le choix de cet artiste connu pour ses œuvres ‘déjantées et barrées’ détonne du genre plutôt enfantin ou facilement lisible des oeuvres des autres artistes. François Marcadon, fidèle à lui-même, nous fait un clin d’oeil en se représentant lui-même sur la série des trois oeuvres qui viendront bientôt orner les parois des couloirs de la station de métro de Zhongshan, et actuellement exposées à deux pas de là, au MOCA, le musée des arts contemporains de Taipei. L’exposition est ouverte du public depuis le 5 avril et jusqu’au 18 mai.

Voyez plutôt:

'Look and Feel your best' (Aimable crédit du MOCA)
‘Look and Feel your best’ (Aimable crédit du MOCA)
'Look and Feel your best' (Aimable crédit du MOCA)
‘Look and Feel your best’ (Aimable crédit du MOCA)

Les figures qui ne sont autres que différents autoportraits de l’artiste au sourire un peu trop facile, sont-t-elles bienveillantes à moins qu’elles ne nous ricanent au nez? Les bras, les mains, les doigts, semblent figés dans les airs, et il se pourraient bien qu’ils nous happent si par malheur nous leur tournions le dos…. A moins que ce ne soit moi qui tombe dans la psychose…

Mais pour ma défense, j’aimerais citer ici, le commentaire du critique Florian Gaïté, à propos de la série ‘Jours dorés’ de François Marcadon exposé en 2013 au Point éphémère à Paris:
« L’univers déployé par François Marcadon relève du faux-semblant. D’apparence élégante, d’intention esthétisante, chacune de ses œuvres mêle pourtant l’amer au doux-sucré, en découvrant sous sa surface édulcorée un fond fantasmagorique plus inquiétant. Aussi, lorsque le plasticien propose d’interroger les jours dorés, il y a toutes les raisons de croire que la nostalgie attendue se conjuguera au plus cinglant des constats. L’âge d’or invoqué ne relève pas seulement d’un paysage idyllique et gai, aux couleurs agréables et au trait particulièrement soigné, il informe aussi une vision plus contrastée, où le mythe des origines réfléchit, en miroir, la perspective de la mort. Ces images fantasmatiques (tour à tour rêve, cauchemar ou allégorie) installent l’espace de la mythologie personnelle de l’artiste qui offre ici en partage une vision tant onirique que cruelle, à l’instar de son propre rire omniprésent, dont on ne sait s’il est signe de réjouissance ou de sarcasme. »

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “François Marcadon s’affiche au métro de Taipei

    1. aurelie

      Que l’on aime ou que l’on aime pas… Je trouve intéressant le fait que le choix se pose aussi sur des artistes engagés dans des genres plus osés et dont les œuvres attirent un deuxième regard, proposent une deuxième lecture

  1. Je préfère la finesse de l’œuvre d’Yvan Mauger. Les couleurs des œuvres de Marcadon me donnent un peu mal à la tête, alors je n’ose même pas imaginer ce que ça peut donner en grand ! D’ailleurs… une idée de la taille des œuvres qui vont venir orner les murs de la station ?

    1. aurelie

      Elles sont de grandeur nature, et plus grandes encore pour les détails des mains et des bras où nos têtes pourraient facilement tenir à l’intérieur. Perso, je ne trouve rien d’original à la sculpture du train et je trouve les couleurs très ternes, mais je trouve chouette que différents styles soient représentés. Comme ça, il y en a pour tous les goûts 🙂

  2. Ping : Où que vous soyez, le 18, allez faire un tour au musée! | Blog français de Radio Taiwan International

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s