Secrets de Radio (Bonus): L’exil de Kuanzilin

Vous aviez vraiment cru que nous en avions terminé avec le tour des antennes de RTI ?

Et bien non ! Il reste encore dans mon chapeau quelques petits lieux secrets que j’ai gardé comme bonus à cette série. Différents des sites émetteurs présentés auparavant, ces quelques endroits jouent toutefois un rôle tout aussi important dans la diffusion de nos programmes, que ce soit vers la Chine continentale ou bien les autres régions du globe. Je parle ici des relais qui font la jonction entre notre quartier général de Taipei et les émetteurs répartis sur la côte ouest de Taiwan.

Aujourd’hui, je vous emmène avec moi du côté de notre relais de Kuanzilin, l’un des endroits les plus fascinants de RTI selon moi.

Bienvenue à notre relais de Kuanzilin - Zengtoushan. Vous avez su arriver jusqu'ici, mais saurez-vous en repartir ?
Bienvenue à notre relais de Kuanzilin – Zengtoushan. Vous avez su arriver jusqu’ici, mais saurez-vous en repartir ?

Bien enfoncé dans un bon vieux fauteuil grinçant, celui qu’on appelle « l’Ingénieur » tourne une à une les pages de ce roman qui lui tient compagnie ces dernières soirées. A vrai dire, que peut-il faire d’autre ? Dehors, le vent souffle fort et la nuit tombée, il devient même risqué de s’aventurer autour de ce cube de béton qui lui sert de maison. Un typhon menace la région depuis plusieurs jours et l’Ingénieur se languit qu’il soit déjà parti au loin. Il a juste envie de reprendre ses activités normales. Monter au sommet de son antenne lui manque tout particulièrement.
« Les gens se demandent souvent pourquoi j’aime autant grimper tout en haut » se met-il à penser tout haut. « Mais ils ne peuvent pas comprendre la valeur de ce que je vois sans l’avoir vécu au moins une fois« .

L'étage. Là où tout se passe.
L’étage. Là où tout se passe.

Lassé de son roman, une histoire qui piétine et tourne en rond, suffisamment du moins pour lui rappeler son existence dans le relais, l’Ingénieur repose le livre sur la table de verre et entreprend une tournée d’inspection du premier étage. Le premier étage… l’endroit le plus important de cette petite maisonnée. C’est là que se trouvent les boitiers récepteurs/émetteurs qui servent de relais entre les studios de Taipei et les émetteurs du centre et du sud. « S’ils venaient à tomber en rade, tout le reste de la radio ne servirait à rien. Et si une telle chose arrivait, alors je ne donne pas cher de ma peau ». Sans nul doute, le premier étage, c’est le cœur des lieux, ce qui donne vie à ce cube de béton. L’Ingénieur le savait, mais il aime à se le rappeler parfois, comme pour donner une importance vitale à son travail, comme si, au final, tout dépend de lui et seulement de lui. Au fond, il n’a pas tort car sans sa bienveillance sur ces boitiers importés de France, la radio tournerait dans le vide.

"Combien de fois ai-je pu monter et descendre ces marches ?"
« Combien de fois ai-je pu monter et descendre ces marches ? »

Pourtant, son travail se résume surtout à cette tournée parfois ennuyeuse. Il lui suffit simplement de gravir les marches menant à l’étage et supérieur et d’observer avec attention le fonctionnement de ces boitiers électroniques. « Mais ce n’est pas aussi simple que cela. Cette routine peut mener à un manque de concentration. Il suffirait d’une seule fois. Rien qu’une fois et ceux de Taipei descendraient poser leurs questions d’inquisiteur. Je dois rester concentré. Jour et nuit. Je ne peux faillir à ma tâche. »
Cette pression, l’Ingénieur ne peut la partager qu’avec lui-même. Dans son bloc de béton placé au sommet d’une montagne de Tainan, il vit seul. Trois jours et trois nuits durant, il attend la relève en compagnie de son livre et du chien de garde. Il y a bien la télé, mais cette dernière n’offre qu’une triste image neigeuse. Si l’Ingénieur doit surveiller avec attention le fonctionnement de son relais perdu au milieu de nul part, il ne trouve guère de répit la nuit venue. « La nuit, c’est encore pire. Quelque chose peut cafouiller à tout instant, l’alarme se met  à sonner et je n’ai que quelques instants pour remettre tout en ordre. Dans ces conditions, comment trouver le sommeil du juste ? »

Aucun relâchement n’est permis. Il faut toujours savoir répondre aux situations d’urgence. Et si ce n’était que cela… L’Ingénieur doit aussi surveiller l’état du générateur de secours ainsi que les boitiers de relais loués à une radio n’ayant pas les moyens d’avoir un employé à plein temps. « De toute façon, un jour, ça sera pareil pour nous. Il n’y a déjà plus personne dans nos relais de Yangmingshan et de Zhongliaoshan… Un jour, ils nous diront de rester chez nous pour de bon. »

Les boitiers du relais reçoivent le signal depuis Taipei et les renvoient vers les antennes émettrices.
Les boitiers du relais reçoivent le signal depuis Taipei et les renvoient vers les antennes émettrices.

Le matin suivant, la tempête a laissé la place à un temps plus clément. Agrippé à l’échelle de son antenne, l’Ingénieur observe de loin les déplacements d’un confrère d’une radio concurrente. « Quelle ironie de devoir vivre seul alors qu’on est entouré de gens ! ». Non loin de lui se dressent  plusieurs antennes comme celle du ministère de l’intérieur qui possède sa propre radio. « La radio de la police … » Tout autour, on trouve aussi des antennes relais de chaines de télévision. Mais bien qu’ils soient tous proches, tout comme lui, aucun de ces voisins ne peut s’éloigner de son propre bloc de béton. Tout au plus, la communication se résume à des signes de main échangés de loin. « Je ne suis même pas sûr de savoir comment il s’appelle lui ».

"De ma tour, je peux voir la radio de la police..."
« De ma tour, je peux voir la radio de la police… »

Après avoir rassemblé ses ordures dans un petit fossé creusé à cet effet, l’Ingénieur entreprend de les bruler. « Pas d’autres moyens pour faire le ménage de toute façon. La ville est trop loin et aucun camion ne s’aventure dans cette forêt ». Peu importe, son séjour touche déjà à son terme. Vers 15h, la relève sera là et il pourra enfin rentrer chez lui. « Retrouver mon chez moi, ma femme, mes enfants, mon potager… Tiens d’ailleurs, je me demande si les tomates n’ont pas trop souffert de la tempête ? »

Mais avant de laisser les clés à son successeur, l’Ingénieur doit encore accueillir ces deux Français venus de Taipei. « Ils viennent pour prendre des photos… mais que veulent-ils prendre exactement ? Les chefs de Taipei m’ont dit qu’ils voulaient me prendre en photo… pourquoi faire ? Peu importe, puisqu’ils viennent jusqu’ici, je vais leur en mettre plein la vue ! ». Les deux Français en question ne tardent pas à arriver, débarquant d’une voiture garée devant le portail. « Je ne les ai jamais vu. Bah … rien d’étonnant non plus, je ne vais jamais à Taipei. Même pas pour le Nouvel An chinois de l’entreprise que je fête avec les collègues. Taipei ? Très peu pour moi. Je suis bien où je suis. »

Du haut de ma tour ...
Du haut de ma tour …

Finalement, il n’était question que de photos pour un projet sur les employés de la radio. Rien de bien particulier, si ce n’est cette idée d’avoir accroché une toile blanche au mur d’enceinte . Pour le reste, l’Ingénieur leur en a mis effectivement plein la vue en les faisant monter sur le toit de son bloc de béton. « Ils ont pu profiter d’une jolie vue. Dommage que le garçon n’ait pas eu le courage de grimper à l’antenne, sinon je l’aurais fait monter ! »

L'antenne relais de Kuanzilin
L’antenne relais de Kuanzilin

L’heure de la relève est enfin venue. Le temps de raconter ce qu’il a vécu durant le typhon, une caresse au chien, et le voilà parti pour plusieurs jours, laissant son successeur enfiler à son tour son costume d’Ingénieur.

« C’est parti pour trois jours non-stop dans ce relais ! »

——————————————————————————

La relève est là !!!!
La relève est là !!!!

Un récit qui au final, n’a rien d’une fiction. C’est en effet le lot quotidien de ces ingénieurs assignés dans nos antennes-relais. Ils se relayent tous les trois jours et ne peuvent quitter leur poste quand ils sont en fonction. Une vie de solitude que certains semblent apprécier, d’autres beaucoup moins.
Plusieurs fois déjà je me suis rendu dans ce relais, un des derniers encore occupés avec ceux de Yuanshan et Huoyanshan. On parle de solitude, mais il se trouve juste au-dessus d’un lieu très touristique, la cité thermale de Kuanzilin, une des plus réputées de Taiwan. Mais il est vrai que pour arriver jusqu’au pied de cette antenne, il convient de bien connaitre la route, sans quoi, jamais on n’en trouvera l’entrée.De cet endroit se dégage une ambiance aussi changeante que particulière. Je me souviens de l’antenne tantôt perdue dans les nuages de brume, tantôt sous un ciel azuréen, entourée de pruniers en fleur, tantôt encore sous une pluie torrentielle. Mais qu’importe le temps à l’extérieur, à l’intérieur, l’atmosphère reste la même. Un silence seulement troublé par le tic-tac d’une horloge qui égrène les secondes. Plus rarement, heureusement, cette image de quiétude est déchirée par une alarme qui annonce une urgence. Mais pour un peu, on s’installerait bien confortablement dans ce fauteuil grinçant, laissant nos pensées divaguer doucement en attendant l’improbable venue de visiteurs…

Publicités

11 réflexions sur “Secrets de Radio (Bonus): L’exil de Kuanzilin

      1. Fix

        Je confirme. Bon, pour tout avouer, j’ai suivi de près^^ les épopées d’Aurélie et Xavier, au point que j’ai eu un moment de doute. En faisais-je partie ou non. Ils m’ont confirmé que non, même si, par leurs récits, c’est un peu nous tous qu’ils transportent…

        1. aurelie

          Heureusement d’ailleurs que Fix et les deux filles de l’équipe étaient là pour nous écouter raconter toutes les péripéties de ce projet photo qui n’a pas été de tout repos! Merci à vous trois! Alors si, si, Fix c’est tout comme, d’ailleurs Meg et toi faisaient partie des modèles que nous avons sélectionné à développer et à intégrer au sein de notre exposition photo à RTI 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s