Ko Hsiang (柯象) la plus ancienne des momies taiwanaises

Hein ?! Comment ? Une momie taiwanaise ?!

Mais oui, vous avez bien lu. Il y a bien des momies à Taiwan. Mais rassurez-vous, elles n’ont pas grand chose à voir avec les momies égyptiennes qui se promènent peut-être en ce moment dans votre esprit. Et surtout, elles ne sont pas aussi anciennes. Cela dit, effectivement, on trouve bien quelques momies à Taiwan et l’une d’entre elles, la plus ancienne à ce jour, fait actuellement l’objet d’une exposition au Musée National de Taiwan à Taipei. Une momie qui répond au doux nom de « Ko Hsiang » et autour de laquelle planent plusieurs mystères encore non résolus.

La momie Ko Hsiang exposée au Musée National de Taiwan
La momie Ko Hsiang exposée au Musée National de Taiwan

Le fait de trouver des momies à Taiwan n’a pas grand chose de surprenant en soi car à vrai dire, la momification a été pratiqué par plusieurs religions dont le bouddhisme (principalement) et le taoïsme (rarement en fait), deux cultes très ancrés à Taiwan depuis plusieurs siècles.
Originaire de la région de Yunlin (Centre-ouest), la momie de Ko Hsiang est liée aux croyances taoïstes et son histoire serait vieille de plus de 130 ans. On raconte à son propos que c’est en 1878 que cette momie a intégré le temple de Hsuan Tian Gong dans le comté de Yunlin, devenant alors, une incarnation de chair de la divinité du temple. Son histoire se poursuit sans heurt jusqu’en 1912 où des habitants du comté de Dapi (Yunlin) se soulèvent pour résister au gouvernement colonial japonais et prennent Ko Hsiang comme idole du mouvement. Celui-ci sera rapidement réprimé par la police japonaise qui en profitera pour se saisir de la momie qu’elle considère comme une preuve criminelle.
La momie de Ko Hsiang va rester aux mains des forces de police japonaises, puis taiwanaises pendant 81 années. Elle servira de modèle de pratique dans les écoles de police, notamment dans l’apprentissage de l’autopsie. Puis, finalement, en 1993, après deux expositions publiques successives en 1990 et 1991, l’école de police a remis Ko Hsiang au Musée National de Taiwan qui conserve depuis la relique. En 2009, de nouvelles recherches scientifiques sont menées sur la momie qui va délivrer quelques secrets … Depuis, elle a fait l’objet d’une exposition dans le temple des ses origines à Yunlin avant de revenir pour une nouvelle exposition fin 2012 – début 2013 au Musée National de Taiwan.

D'un peu plus près. ça ne fait pas très peur en fait
D’un peu plus près. ça ne fait pas très peur en fait

Qui est Ko Hsiang ?
Il s’agirait donc d’une personne qui aurait vécu dans la première partie du 19ème siècle et qui serait mort dans la trentaine. Il aurait ensuite été momifié pour des raisons et dans des circonstances assez floues. En fait, c’est si flou qu’il subsiste un doute sur sa véritable identité. Si l’acte de décès parle bien de Ko Hsiang, il semble que par la suite, les autorités japonaises ont déclaré qu’il s’agissait en réalité … du frère de Ko Hsiang, Ke Chilin. Cela dit, les dernières recherches menées sur la momie ont démontré que la personne serait morte entre 30 et 40 ans. Or, Ke Chilin serait mort à l’âge de 51 ans. Donc, on peut croire que l’identité de la momie est bien Ko Hsiang.
Ces mêmes recherches ont également montré que de son vivant, Ko Hsiang n’était probablement pas un paysan ou un ouvrier, son ossature ne présentant pas de signes permettant de le croire. On sait qu’à cette époque, la quasi-totalité des hommes travaillaient la terre ou étaient ouvriers.
On estime donc que Ko Hsiang aurait pu être un médium taoïste, une personne recevant l’esprit des divinités.

Grâce aux rayons X pratiqués sur la momie, on s’est rendu compte que Ko Hsiang avait le crâne fracturé et que ce serait le résultat d’un coup qu’il aurait reçu de son vivant et non après son décès. Il y a donc une théorie de l’assassinat qui existe …

Les techniques de momification de Ko Hsiang sont finalement assez proches de celles utilisées autrefois en Egypte. Après le décès, le corps est nettoyé et les parties sensibles comme les yeux et les viscères ont été retirées pour éviter qu’elles provoquent un pourrissement du reste. Toujours via les rayons X, on remarque aussi que certaines parties ont été « fixées » ensemble à l’aide de vis ou de clous et une sorte de chaux a également été utilisée pour maintenir d’autres parties du corps. Par ailleurs, pour que la momie puisse faire office d’incarnation de divinité, des yeux ont été dessinés sur le visage et la moustache a été collée.

Voilà pour la petite histoire autour de Ko Hsiang. Pour nos lecteurs à Taiwan, sachez que cette exposition au Musée National de Taiwan devrait se poursuivre jusqu’au 12 janvier 2013. Pour 20NT$ (50 cents €) ça peut valoir le coup, d’autant qu’il est possible de voir en même temps l’autre exposition portant sur le drapeau de l’éphémère République de Taiwan.

Publicités

8 réflexions sur “Ko Hsiang (柯象) la plus ancienne des momies taiwanaises

  1. On dirait plutôt une statue de bois, à vrai dire.
    Quelles sont les conditions de conservation/exposition de la momie ? Je me souviens avoir visité une expo de momies égyptiennes et il y faisait volontairement très chaud.

    1. La momie est gardée sous verre ( d’où les reflets bleus ) pour la garder à une température moyenne et surtout la préserver de l’humidité. C’est pareil pour tous les vêtements de la momie d’ailleurs. Un passage croustillant que je n’ai pas traité tiens … zut …

  2. Roselyne

    Sans doute porte t-il sur le visage un masque mortuaire parce qu’il n’a pas le même aspect que les mains. Ses vêtements sont-ils d’origine ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s