Vera Su démasquée

Vernissage de ‘Dix-neuf autoportraits’/ Toit de la galerie To Dear à Guting/ Aimable crédit de l’artiste

En ‘Dix-neuf autoportraits’, Vera Su partage photographiquement la plus introspective de ses séries artistiques. Dix-neuf clichés qui font défiler les différents états d’âme de la jeune taiwanaise en résidence à Paris depuis trois ans. ‘Le racolage’ , ‘la brûlure’, ‘le raccommodage’, ‘la déchirure’, ‘le tissage’… les maquillages défilent sur la même peau, celle de son visage qu’elle peint et repeint avant de se photographier elle-même, toujours sous une même pose, le visage légèrement incliné vers l’épaule gauche…. avant de conclure sur ‘l’apaisement’. Une série où elle s’est choisie pour sujet artistique en guise de thérapie personnelle.

Chacun des clichés de l’artiste qui joue sur plusieurs supports artistiques est accompagné d’un caractère chinois calligraphié par un grand maître, offrant une deuxième piste de lecture.

Des portraits bien sombres, jugeront certains pour une artiste si jeune. Vera a 25 ans, et pourtant sa série retraduit une réflexion sur la profondeur de l’être qui oscille entre plusieurs états, jouxtant tour à tour la noirceur ou la libération.

Voilà une artiste qui n’a pas froid aux yeux et qui s’est rendue à Paris en parlant très peu le français pour y tracer son chemin artistique. La voici de retour à Taiwan pour quelques semaines, exposant ‘pieds et poings déliés’ sa dernière aventure artistique en date dans une exposition à la galerie ‘To Dear’ dans le quartier de Guting à Taipei, dont elle nous narre le cheminement dans l’émission l’art du temps… En français, s’il vous plaît… !!! Décidément, Vera a plus d’un masque dans sa besace.

Vernissage de ‘Dix-neuf autoportraits’ à la galerie To Dear/ Aimable crédit de l’artiste

Maquilleuse de formation, elle nous explique qu’elle perçoit le maquillage non comme un masque mais au contraire comme un vecteur de mise à nu et de libération. Elle nous explique aussi le clivage interculturel dans le fait d’exposer cette série d’autoportraits photographiques qui ressemblent étrangement à des peintures à une société taiwanaise encore très conservatrice et qui a fait ôter son poster de présentation à l’entrée de la galerie car jugé trop effrayant, en plein mois des fantômes…. Suite dans l’émission…

Emission L’art du temps du 20 septembre

Emission L’art du temps du 27 septembre

Vernissage de ‘Dix-neuf autoportraits’/Galerie To Dear à Guting/ Aimable crédit de l’artiste
Vernissage de ‘Dix-neuf autoportraits’/Galerie To Dear à Guting/ Aimable crédit de l’artiste
Publicités

4 réflexions sur “Vera Su démasquée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s