Divinités : Les fidèles nous ont abandonnés…

« Dieu nous a abandonné ! ». C’est une phrase que certains d’entre vous connaissent probablement. Lors de l’exode d’Egypte, Moïse guide le peuple juïf jusqu’au pied du Mont Sinaï. Il part ensuite seul au sommet pour recevoir les fameux Dix Commandements… C’est pendant son absence que le peuple commence à douter de sa propre foi, créant de nouvelles idoles en faisant fondre l’or qu’il a emporté avec lui.

En revanche, évoquer des divinités qui pleurent l’abandon par leurs fidèles, voilà quelque chose d’assez impensable. Et pourtant …

Autrefois adorés, ils sont aujourd’hui laissés à l’abandon

Et pourtant … c’est chose possible à Taiwan, véritable terreau des traditions populaires du monde chinois.
Les victimes de cet acte impitoyable, nous les connaissons toutes très bien car elles résident comme divinités principales de bien des foyers taiwanais. Jigong, le moine bouddhiste qui aime la boisson, Tudigong le dieu de la terre, Matsu déesse de la Mer, Kuanyin la bodhisattva qui écoute les maux des Hommes, et j’en passe bien d’autres encore. Tous ont connu l’adoration et le respect de foyers entiers, les protégeant avec toute la bienveillance qu’on leur connait. Jusqu’au jour où la faute irréparable a été commise …

Nous savons qu’à Taiwan, beaucoup de croyants s’en remettent aux divinités pour la plupart de leurs problèmes. Soucis d’argent, d’amour, santé, au travail, avec les parents, peu importe les problèmes auxquels ils font face, ces croyants demandent toujours le soutien des divinités. Bien sûr, dans l’adversité, une sorte de lien intime se met en place et le rapport entre le fidèle et la divinité qui siège chez lui devient tout autre. On commence à se parler plus familièrement, un peu comme Don Camillo avec Dieu. Puis on se tutoie, on se fait des reproches, on se boude, on se rabiboche. La divinité n’a déjà plus cette place qu’elle n’aurait jamais du quitter.

Pas étonnant alors qu’un jour, devant une nouvelle déception, la divinité n’ayant probablement pas été en mesure d’apporter le soutien sollicité, le croyant finit par … se débarrasser tout simplement de son idole. Les méthodes pour réaliser cet acte d’abandon sont diverses et parfois cruelles.

Mais revenons d’abord sur un fait de société dans les années 1980-1990. Cette époque-là, c’est la période de l’ouverture progressive de la société taiwanaise. La loi martiale est abolie en 1987 et bien des choses qui étaient interdites jusque-là sont désormais autorisées. Toujours illégaux aux yeux de la Loi insulaire, les jeux d’argent font l’objet d’un engouement croissant. On voit alors apparaître des loteries clandestines dont certaines font de véritables ravages au sein de la population. Beaucoup jouent leurs salaires, n’hésitent pas à hypothéquer leurs biens, prennent des risques insensés devant l’appât du gain. Évidemment, c’est dans ce genre de situation que beaucoup s’en remettent aux divinités installées au milieu de l’autel familial. « J’ai besoin de cet argent !! Tu dois m’aider à trouver les bons numéros !! ». Bien sûr, si cette méthode fonctionnait vraiment, les sociétés de gestion des jeux d’argent auraient fait faillite depuis bien des lustres. Or ce n’est pas le cas. Les divinités n’ont pas réponse à tout. Où plutôt, ne souhaitent pas répondre aux aveux d’avidités de leurs fidèles. C’est ainsi que bon nombre de ces derniers vont s’en débarrasser, par déception, par vengeance, estimant que le dieu qui habitait chez eux est inefficace. Bien souvent, ces idoles ont fini dans la rivière Keelung, flottant jusqu’à Danshui où les plus chanceuses ont été recueillies. D’autres ont été abandonnées en pleine nuit devant les portes de temples. Généralement celui de Tudigong.

Dans les années 80-90, ce phénomène était vraiment important. A tel point que des temples n’avaient plus de place pour accueillir ces divinités orphelines. Un temple des divinités abandonnées a même été érigé sommairement du côté de Bali.

Mais rassurez-vous, le croyant restera toujours fidèle à ses croyances populaires. Une divinité jetée est vite remplacée par une autre qu’on espèrera plus efficace.

Publicités

3 réflexions sur “Divinités : Les fidèles nous ont abandonnés…

  1. Roselyne

    Bien dommage de se débarrasser de ses divinités quand elles ne répondent pas aux attentes. Les taiwanais qui sont pourtant assez superstitieux n’ont-ils pas peur de « représailles » de leur part.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s