Amusements divins

Depuis la Grèce antique en Occident et la Chine ancienne en Orient, la mythologie nous raconte que l’art oratoire était mis au service des Dieux qui occupaient une place importante dans le quotidien des hommes, régissant l’ordre paisible ou agité de ce bas monde. On se rappelle que bien plus tard, à la Cour du roi tout comme au Palais de l’empereur, les sujets s’agitaient pour divertir l’Etre Suprême représentant de la force divine sur terre qui lui venait du royaume des cieux.

La perpétuation des croyances populaires dans ce registre des arts du spectacle peut de nos jours être retrouvé sur scène ici, dans une pièce de ‘Gezaixi’ (歌仔戲), littéralement ‘théâtre des petites chansons’, qui se déroulent sur les planches ambulantes d’une place de temple à Taiwan.

Quelques minutes de repos entre deux spectacles
Quelques minutes de repos entre deux spectacles

Nous sommes à la campagne du centre de l’île du comté de Chiayi et les croyances populaires n’y sont que plus vivantes dans les esprits des habitants locaux. Théâtre ambulant haut en couleurs et riche de stridents ‘cling cling cling’ d’instruments de musique traditionnelle, les acteurs personnifiés en divinités, jouent, non pas pour le public venu nombreux les voir se produire sur scène, mais…. subtilité, pour les Dieux…. ce qui explique que la scène est placée devant un temple.

De tous âges,voire même très jeunes, les divinités déambulent sur les planches et déclinent mythes et légendes chinoises qui les mêlent et entremêlent les unes aux autres. L’émission ‘A la poursuite des Dieux Chinois’ vous en a déjà conté tant… et continue de le faire tous les lundis…

Les deux scènes de spectacles qui se déroulent simultanément sont placées sur les deux bas côtés de la place du temple

Le Gezaixi, représentation théâtrale d’un monde ambulant pour lequel les acteurs deviennent divins le temps d’un spectacle… Le Gezaixi, monde coloré de costumes, de maquillage élaboré et codifié, d’accessoires propres à chaque divinité. … Le Gezaixi fait entendre la voix des dieux pour ces mêmes divinités devant un public croyant… car ici, sur les planches la transmission orale se fait à ‘pleine voix’ entre la narration contée en taiwanais et le chant sur fond d’instruments du folklore traditionnel chinois.

Même sans saisir l’ensemble du fil des histoires, tel un opéra de la Castafiore dans un numéro de Tintin, le spectacle est suffisamment saisissant pour être yeux grands ouverts et oreilles toutes ouïes. Et même si nous n’étions pas là, les acteurs continueraient leur jeu, car le public divin, lui, tend l’oreille. Ou tout du moins, c’est ce que l’on croit…

Publicités

2 réflexions sur “Amusements divins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s