Hommage au fou du cheval de fer

« Cheval de fer » est l’appellation du vélo en taiwanais. Et à Taiwan, le fou du cheval de fer est certainement Cheng Wen-chang. Ce petit article est dédié à ce cycliste qui est le premier taiwanais à participer et à avoir accompli la course française mythique de Paris-Brest-Paris randonneur. Cette épreuve dite « bâton de maréchal » du randonneur teste en réalité la limite physique d’un cycliste puisqu’elle consiste à accomplir 1227 kmen moins de 90 h. En 2007, à l’âge de 57 ans, Cheng Wen-chang qui était plutôt un spécialiste du triathlon a achevé cette course en 88 h 18 mins. Parmi les plus de 5300 participants de cette année-là, environ la moitié avait réussi la course de bout en bout.

Cheng Wen-chang, photographié peu avant Paris-Brest-Paris

Dès la fin de sa course en 2007, Cheng Wen-chang a rejoint l’AUDAX Club Parisien, l’organisateur de cette compétition française en vue de tenir des épreuves préliminaires à Taiwan-même alors que pour sa participation à Paris-Brest-Paris en 2007, il avait dû se déplacer au Japon pour passer ces épreuves. Depuis 2008, Cheng Wen-chang a organisé des courses sur 200, 300 et400 kmà Taiwan. Grâce à lui, pour l’édition 2011 de Paris-Brest-Paris, une soixantaine de coureurs taiwanais on pu prendre part à l’événement, parmi lesquels 33 l’ont accompli.

Cheng Wen-chang a succombé à un cancer la semaine dernière à l’âge de 62 ans. Peu avant son décès, son rêve était encore de participer en tandem à la course de Paris-Brest-Paris de 2015 en compagnie de son épouse. Ce qui est certain, c’est qu’on retrouvera son épouse sur la route reliant Paris-Brest en 2015 puisqu’elle entend réaliser le rêve de son époux, même en solitaire.

Le couple Cheng associé à jamais à la course Paris-Brest-Paris (Crédit photo: UDN)

Une petite pensée pour ce coureur que j’ai eu la chance de rencontrer et interviewer en 2007 peu après sa course en France, un athlète modeste, serein et déterminé qui a élargi la possibilité des cyclistes taiwanais.

Publicités

5 réflexions sur “Hommage au fou du cheval de fer

  1. Paggy et Maggy

    Si tous les coureur pouvaient avoir la modestie de ce cycliste, il y aurait certainement moins de dopage dans le milieu professionnel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s