Un jour, une photo : la Toussaint taïwanaise

Le 106e jour après le solstice d’hiver, c’est la fête pour le nettoyage des tombes. Pour cette année du tigre, elle tombe le 5 avril.
Il y a quarante ans, à Taïwan, pratiquement personne ne songeait à incinérer les défunts. Si les enfants traitaient ainsi les dépouilles de leurs parents, ils seraient considérés comme ingrats ou sans piété filiale.
A l’origine, dans l’esprit des Taïwanais, toute vie éteinte devait rendre sa partie corporelle à la terre. Pour eux, il était inconcevable de brûler un corps. Ce n’est que dans les années 80 que les habitants ont commencé à accepter petit à petit cette nouvelle pratique pour traiter les dépouilles des défunts.
Enfin, quelle que soit la méthode adoptée, les dépouilles sont toujours déposées soit dans les columbariums soit dans les tombes.

J’ai profité de mes dernières visites aux tombes de mes ancêtres pour prendre quelques photos montrant les différents styles de tombes taïwanaises.

Style traditionnel

Voici deux tombes de style traditionnel avec une stèle devant une pente arrondie. Sur la stèle est inscrite l’identité du défunt et parfois aussi sa photo. Devant la stèle se trouve un petit autel pour mettre les offrandes, les bougies et le brûle-encens.

Style plus moderne

Voici deux tombes de style plus moderne évoquant une petite maison avec terrasse. Chacune présente le nom de famille en gros caractères chinois inscrits au milieu du toit.
Attention ! seuls les hommes sont autorisés à monter sur la terrasse en haut de la maisonnette. Ils s’y rendent pour arracher les mauvaises herbes avant la prière et pour déposer les coquilles d’oeufs et une espèce de feuilles jaunes longues vers la fin de la cérémonie.

Le genre de paysage que l'on peut parfois apercevoir non loin des routes

Souvent dans les cimetières publics taïwanais les différents styles de tombe se mélangent harmonieusement  et comme vous pouvez le constater dans cette photo ci-dessus, les tombes du style moderne sont maintenant plus nombreuses.

Une tombe ancienne de la famille Li

Comme les terrains sont devenus très chers maintenant et que le gouvernement n’encourage pas la construction de grandes tombes, seules les anciennes tombes comme celle-ci peuvent continuer de jouir de grands espaces.

D’après mes cousins, pour engager des ouvriers à arracher les mauvaises herbes sur la pente derrière la stèle, il faut prévoir un budget minimal de 10 000 dollars taïwanais, soit environ 240 euros et même avec ce prix, il est de plus en plus difficile de trouver des ouvriers pour cette tâche car les vieux se sentent trop faibles pour le travail et les jeunes ne sont pas très intéressés.
A propos, dans cette tombe reposent l’arrière-grand-père et le grand-père de mon grand-père ainsi que leurs épouses. Elle a été construite en 1867.

6 réflexions sur “Un jour, une photo : la Toussaint taïwanaise

  1. D...illon

    Décidément, la « photo du jour » devient un véritable reportage à elle toute seule : photos et explications nous apportent de tranches de vie taïwanaises.
    Le blog prendra t-il le pas sur l’émission radiophonique ?

    1. Certainement pas !
      Ce blog n’a rien d’officiel et reste donc plus un moment de plaisir et de détente que nous souhaitons partager avec tout le monde ! 🙂
      mais il est vrai que parfois, quand on commence à écrire quelque chose, on n’arrive plus à s’arrêter !
      C’est aussi pareil pour les photos. D’où une phrase récurrente entre Typhaine et moi :  » Je sors jamais sans mon appareil photo. »

  2. D...illon

    En occident, également, seuls les hommes devraient être autorisés à arracher les mauvaises herbes sur les tombes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s